URML-Alsace

Bienvenue sur Interface reso, votre portail d'informations santé

Interface reso vous informe

Publié mardi, 30 mai 2017

REcrudescence de cas de gale dans les secteurs de Barr et Heiligentsein

 

L'Agence régionale de santé Grand Est vous informe

Message à l'attention des médecins libéraux des secteurs de Barr et Heiligentsein

 

Dans un contexte de recrudescence des épisodes de gale en collectivité en Alsace depuis début 2016, nous vous signalons la survenue de plusieurs cas de gale au sein de l’école des Tanneurs à Barr, impliquant des fratries scolarisées au sein des collèges de Barr et Heiligenstein. 

A cette occasion, nous vous rappelons les éléments utiles au diagnostic et au traitement des cas confirmés et des cas identifiés comme contact.

Vous trouverez en complément des documents ci-joints qui ont été réalisés en 2015 dans le cadre d’un groupe de travail associant dermatologue, médecins, pharmaciens, hygiénistes…  et qui pourront vous être utiles.

Eléments de diagnostic

La gale est une infection cutanée contagieuse due à un parasite « Sarcoptes Scabeiei hominis » et dont la transmission est principalement inter-humaine directe mais également indirecte par les vêtements, le linge ou la literie contaminés.

La gale se manifeste par un prurit à recrudescence nocturne et par la présence de lésions cutanées (sillons, vésicules pour les signes spécifiques et/ou lésions eczématiformes et de grattage pour les signes aspécifiques). La gale commune se localise au niveau des doigts, des poignets, des aisselles, des organes génitaux sans atteinte du visage et du dos.

Elle peut aussi prendre des formes moins typiques évoquant l’eczéma, le psoriasis ou le pemphigoïde.

Le diagnostic est le plus souvent clinique associé au contexte épidémiologique. Pour les cas douteux ou les récidives malgré les traitements réalisés, un avis d’un dermatologue peut être nécessaire.

Les mesures thérapeutiques 

Il existe 2 types de traitements :

Un traitement per os : ivermectine (Stromectol®comprimé de 3mg) dont la posologie recommandée est de 200µg/kg en prise unique selon le schéma suivant :


poids corporel (kg)

dose en nombre de comprimés à 3 mg

15 à 24

1

25 à 35

2

36 à 50

3

51 à 65

4

66 à 79

5

>80

6

 

Le sujet doit être à jeun 2 heures avant et 2 heures après la prise du comprimé. Ne pas prendre de douche dans les 12 heures. La sécurité d'emploi n'a pas été établie chez les enfants de moins de 15 kg et chez la femme enceinte, l’ivermectine ne doit être utilisée que si nécessaire.

Les traitements locaux (Ascabiol®, Spregal®, Topiscab®) :

 

Ascabiol®

Spregal®

Topiscab®

Mode d’administration

Application sur l’ensemble du corps à l’exception du visage

Application sur l’ensemble du corps en excluant la tête (sauf en cas de lésions)

Temps de contact

Recommandé : 24h

Doit être réduit à maximum 12h pour les enfants de moins de 2 ans et la femme enceinte

12h

 

Au moins 8h

Contre-indications

En cas d’hypersensibilité à l’un des constituants

En cas d’hypersensibilité à l’un des constituants, chez les sujets asthmatiques, les nourrissons ou les enfants ayant des antécédents de bronchite dyspnéisante avec sibilants.

 

En cas d’hypersensibilité à la substance active ou à d’autres substances de la classe des pyréthrines

2e application

Recommandée 8  jours plus tard

 

Recommandée 8 jours plus tard (HCSP)

Dans tous les cas dans les 7 à 14 jours suivant la 1ere application

Prescription et délivrance

Non soumis à prescription médicale

 

Remboursé à 65%

                                                     Non remboursé

Non soumis à prescription médicale

Remboursé et agréé aux collectivités

Dans certaines situations, le traitement local et le traitement per os peuvent être associés.

L’heure de prise du traitement est importante car cela influe sur le traitement de l’environnement :

  • en cas de prise matinale de l’Ivermectine, le sujet devra porter des vêtements propres et se coucher le soir dans des draps propres : l’ensemble devra être changé le lendemain matin ;
  • la prise au soir de l’Ivermectine permet au sujet de se coucher le soir avec les mêmes vêtements et draps qui seront changés le matin ;
  • le traitement local est réalisé préférentiellement le soir, permettant ainsi de réaliser toutes les actions de nettoyage, changement de linge le lendemain.

Tous les traitements peuvent être irritants, d'autant plus qu'ils sont répétés : une recrudescence du prurit n’est pas un signe d’échec du traitement.

Importance de traiter le patient et son environnement

La personne atteinte de gale est contagieuse pour son entourage et ne guérit pas spontanément. C’est pourquoi un cas de gale au sein d’une famille impose d’examiner et de traiter au minimum tous les membres du foyer.

Pour être efficaces, les consignes de traitement doivent être rigoureusement respectées :

  • les personnes atteintes de gale et les contacts doivent prendre le traitement en même temps et le reprendre 8 jours plus tard ;
  • les partenaires sexuels doivent être informés et traités ;
  • les textiles contaminés sont ceux utilisés dans les 3 jours avant le traitement (pour la gale commune) – vêtements, chaussons, chaussures, gants, bonnet, draps oreillers, couvertures, linge de toilette, coussins, canapé, peluches, sac à mains, etc- et doivent être traités en même temps que les personnes :
  • laver à 60° ce qui peut l’être et le repasser ;
  • utiliser un produit acaricide (exemple : l’A-PAR®) pour ce qui ne peut pas être lavé à 60°: mettre le linge dans un sac plastique, vaporiser le produit avec un contact 3 heures au minimum puis laver ;
  • enfermer dans un sac pendant 3 jours au moins (pour la gale commune) à moins de 20° ;
  • enfermer les tissus fragiles dans un sac en plastique une nuit au congélateur.

Pour en savoir plus…

Vous trouverez les recommandations du Haut Conseil de Santé Publique  « survenue de un ou plusieurs cas de gale, conduite à tenir, novembre 2012 » à l’adresse suivante (http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=312 ),

notamment au niveau des pages 58 et suivantes, la conduite des traitements.

En cas d’hospitalisation …

Informer le service d’accueil de toute suspicion de gale dans la famille et de tout antécédent de traitement de gale dans les 6 semaines qui suivent le deuxième traitement.

Pour vous aider…

L’équipe du pôle de veille et de gestion des alertes sanitaires (VGAS) de l’ARS peut vous conseiller et vous apporter son appui dans la gestion des situations difficiles (cas groupés, situation de précarité des patients, récidives…).

N’hésitez pas à les contacter :